to top

Comparatif bracelet connecté Fitbit vs Misfit Shine Swarovsky

comparatif-fibit-vs-swarovsky
Comme je te le disais, il y a quelques semaines, j’ai changé de bracelet connecté, car l’ancien était fatigué et fournissait des infos un peu fantaisistes, ces derniers temps. J’avais un bracelet Swarovsky avec un système Misfit Shine (traqueur d’activités), assez basique et j’ai opté cette fois-ci, pour un bracelet Fitbit, un peu plus pointu.
Je rappelle que je ne suis pas une sportive à proprement parlé, même si je fais plus de sport que la plupart des femmes du même âge, dans mon entourage. Cependant, depuis presque 3 mois, mon activité dans ce domaine s’est intensifiée, alors qu’auparavant, je ne pratiquais que la marche.
Aujourd’hui, grâce au programme Linecoaching, sur lequel je vais faire un point après 3 mois d’utilisation, très bientôt, je pratique le sport au quotidien, à raison de séances de 15 mn minimum. Mes progrès sont assez bluffants, enfin bluffants, au vu de mon niveau de départ, qui était, avouons-le, au ras des pâquerettes.
Je partais donc de loin, mais je suis très fière de ce que j’ai accompli.
Mais, revenons-en aux bracelets : j’ai pensé qu’un comparatif pourrait en intéresser certaines (en supposant qu’il y ait encore quelqu’un derrière les écrans, au mois d’août…à part moi, bien sûr!).
shutterstock-editeur-photos

Comment créer une image pour son article de blog chez Shutterstock ?

Il y a quelques mois déjà, j’ai écrit un article dont le sujet était la banque d’images avec laquelle je collabore, à savoir Shutterstock. Dans cet article,  j’avais listé les nombreux avantages à utiliser une banque d’images lorsque l’on est blogueu-r/se. Aujourd’hui, je vais parler plus particulièrement d’un des services de Shutterstock : l’éditeur de photos !
bloguer-ce-nest-pas-que-publier-des-articles

Bloguer, est-ce si simple?

Le moins que l’on puisse dire, c’est que, chez Overblog, où j’ai passé 6 ans et demi quand même, on est trop bien pris en charge. Du coup, à l’époque, je ne me posais pas trop de questions, même si, avec le recul, je pense que j’aurais du.
Cependant, plus le temps passait, plus je lisais partout que WordPress, c’était THE plateforme de blogs, celle qui permettait les plus beaux designs, celle où tout était possible, bref, « the place to be » ! Alors, j’ai fini par céder au chant des sirènes et par me persuader qu’ailleurs, l’herbe était plus verte : fatale erreur !
Certes, chez WordPress, j’ai eu le design que je voulais (et franchement, je l’adore!), ainsi qu’un blog livré pratiquement « clés en mains » par ma web-designer. Mais lorsqu’elle m’a laissée tomber voler de mes propres ailes, je me suis vite rendue compte que j’allais grave en c***r baver. Car gérer un blog WordPress, ce n’est pas simplement, écrire et publier un article, c’est aussi mettre les mains dans le cambouis et pas qu’un peu : sauf que moi, je ne suis pas mécano ^^
Peut-être ne l’ai-je pas suffisamment dit/répété, mais toute la cuisine technique, ça me gonfle ( à un point que tu n’imagines même pas….) : je n’ai pas signé pour ça.
Et pourtant, il a bien fallu m’y mettre.
digital-detox

Digital detox ? No, i can’t !

Dire que certains paient pour faire une digital detox : ahahah !
La mienne fut gratuite, mais n’a pas été pour autant une démarche volontaire et dans ce cas-là, c’est nettement moins… drôle ! Sauf si tu es toi-même coupée du monde virtuel depuis très très longtemps, tu n’ignores pas que la digital detox est tendance comme le miracle morning ou la detox alimentaire : elle consiste donc à se déconnecter, pendant un certain temps, de tous nos appareils numériques, ce qui, en soit, n’est pas une mauvaise idée, surtout quand on est accro.
Mes acolytes