to top

La Mode Bio a-t-elle encore un sens aujourd’hui?

A l’ère post-Fukushima, du réchauffement climatique, des sulfateuses espagnoles, des accidents causés par des produits de fabrication chinoise, de la pollution qui s’avère bien être un élément déclencheur de cancers (et ça, nous l’avions tous compris depuis un moment vu le nombre croissant de personnes touchées dans notre entourage), il me semble que le concept même de bio veut, plus que jamais, dire quelque chose et pour cause.

 

Maintenant que j’ai bien plombé l’ambiance, je m’en vais t’expliquer tout ça.

 

verdure.jpg

Source

 

Commençons par rappeler les bases : Que veut dire le terme « bio » ?

 

L’agriculture biologique est une agriculture contrôlée, sans utilisation de produits chimiques qu’il s’agisse d’engrais ou de pesticides. Cette agriculture est donc écologique puisque qu’elle vise à respecter l’environnement déjà hautement pollué, détruit, gâché, meurtri par l’activité humaine (et je pèse mes mots car je ne tiens pas à te démoraliser…totalement !).

 

La mode bio ne peut avoir de réel sens que dans le cadre d’une manière de vivre ou de consommer plus globale.

 

Il faudrait donc déjà dans un premier temps freiner sa consommation frénétique de fringues. Et ça, c’est un travail de longue haleine quand on est une accro du shopping, folle de mode de surcroît car l’essence même de la mode est d’être éphémère et cela nous pousse, à coups de tendances, à consommer toujours plus. Mais ça, ça n’est que le début…

Car, il faut aussi lutter contre la fast fashion qui, sous prétexte de petits prix, nous incite, à acheter toujours davantage (H&M addict, prends-en pour ton grade!).

 

Ensuite, il faut rentabiliser ce que l’on a entassé: plonge-toi dans ton dressing et fais un grand tri tout en te posant les bonnes questions (garde, garde pas?) et remet dans le circuit des pièces oubliées au fin fond de ton placard. Recycler fait donc partie de cette réflexion globale : tu peux donc sans hésiter participer à des vide-dressings, des troc-parties et autres marchés aux puces. Consommer comme vendre de la « seconde main » est donc fortement conseillé, de même que s’adonner au « vintage ».

 

Consommer local c’est-à-dire français (pour une bonne traçabilité) est aussi une autre façon de s’engager dans ce processus car cela garantit des conditions de travail correctes (est-il besoin de rappeler les drames de ces derniers temps au Bangladesh?) et un savoir-faire. Le choix de matières nobles et naturelles tel que le coton, la soie, le lin etc…élaborées dans le respect de l’environnement est aussi incontournable ( bien vouloir relire le paragraphe sur l’agriculture biologique^^).

 

eshop ekyog

EKYOG

 

Car oui, consommer équitable est aussi une habitude à prendre : décrypter les étiquettes des vêtements devrait être une seconde nature pour la modeuse écolo en devenir que je suis.

 

Evidemment, respecter tous ces critères a un coût mais la bonne question à se poser, c’est : « vaut-il mieux acheter une seule pièce de qualité par saison que l’on retrouvera l’année suivante plutôt qu’ un tas qui sera jeté comme un kleenex ? » (note pour plus tard : apprendre ce paragraphe par cœur!).

 

A méditer donc, tout en sachant que chaque geste, aussi insignifiant soit-il, a son importance pour la sauvegarde de la planète et donc pour notre avenir…

 

Et toi, t’en penses quoi de la mode bio ?

 

 

Cet article n’a pas pour but d’être moralisateur car je suis, moi-même, loin d’être parfaite en ce domaine mais j’y travaille…

 

 

Liens utiles : Centre commercial / Ekyog / Valentine Gauthier / Roseanna / WA off / Bérangère Claire

 

 

 

Cet article est paru en avant-première sur le webzine So Busy Girls!

 

 

redactrice-rose

Rendez-vous sur Hellocoton !

chiffons and co

  • Une Nordiste à Paris

    Je n’avais pas du tout cet état d’esprit il y a quelques années. Et là je m’y mets. Je produis mon propre shampoing (et j’aspire à faire mes crêmes, mes savons…). Et niveau vêtements, je découvre
    les matière ‘nobles’. Surtout que ces matières ont quand même l’avantage de tenir plus chaud l’hiver ou de mieux réguler la chaleur. Fini les frissons et la transpiration!

    14 décembre 2018 at 9 h 34 min Répondre
  • Arwen

    je m’y mets sur le tard aussi….

    14 décembre 2018 at 9 h 34 min Répondre
  • Poupette

    Coucou toi!
    Un petit message pour te prévenir que j’ai partagé cet article juste ici:
    http://sirop.olympe.in/2013/11/03/les-partages-du-dimanche-2-2/

    Paix, amour et Nutella sur tes cuisses 😀

    14 décembre 2018 at 9 h 34 min Répondre
  • Arwen

    j’ai vu ça…C’est sympa, merci  !

    14 décembre 2018 at 9 h 34 min Répondre
  • chocoladdict

    je ne suis pas parfaite en la matière mais je ne suis pas une sur-consommatrice …après en toute honnêteté je ne sais pas si c’est ainsi parce que je n’ai plus ou peu de budget pour moi une fois
    que j’ai habillé les enfants et rempli le caddy, payé le loyer (les 3 postes de dépense ici qui sont incompressibles) ou si c’est un véritable choix…après pas de voiture donc de pollution de ce
    côté là, j’achète le plus possible local pour les fruits, les légumes, le fromage…pour les vêtements j’avoue que c’est plus souvent made in china parce que c’est imbattable rapport qualité prix
    pour les enfants mais au delà des questions de planète quand on connait les conditions de travail des ouvriers dans le textile en Chine c’est sûr qu’il faudrait pouvoir acheter à des marques qui
    respectent l’humain (je crois que c’est vrai aussi pour les iphone et sûrement plein d’autres choses)…globalement je crois qu’on peut essayer de consommer moins mais mieux ..

    14 décembre 2018 at 9 h 34 min Répondre
  • Arwen

    tant mieux !

    14 décembre 2018 at 9 h 34 min Répondre
  • peintrefiguratif

    j’essaye d’acheter le plus possible Français
    mais pas toujours facile car on est envahi par les produits chinois

    14 décembre 2018 at 9 h 34 min Répondre
  • Arwen

    c’est une bonne démarche!

    14 décembre 2018 at 9 h 34 min Répondre
  • Caro*

    Je n’ai personnellement jamais acheté de vêtements bio par contre malgré le fait que j’achète beaucoup de vêtements, je me rends compte que je ne sais rien jeter ! Je suis une sentimentale de la
    fringue et il n’est pas rare de trouver dans mes placards des vêtements que je portais quand j’avais 12 ans ! (On ne sait jamais !) 🙂

    14 décembre 2018 at 9 h 34 min Répondre
  • Arwen

    une conservatrice ? J’ai tendance à l’être aussi mais je me soigne ….Est-ce que tu portes les vieux vêtements ou
    sont-ils juste oubliés au fond de ton placard?

    14 décembre 2018 at 9 h 34 min Répondre
  • l'angevine

    j’ai lu dans un article du journal quotidien qu’il y a aussi des tissus bio….

    14 décembre 2018 at 9 h 34 min Répondre
  • Arwen

    bien sûr, à partir du moment où la matière première est bio comme le coton par exemple…

    14 décembre 2018 at 9 h 34 min Répondre
  • Lanny

    C’est un beau sujet,v raiment sympa ton blog!bisous

    14 décembre 2018 at 9 h 34 min Répondre
  • Arwen

    merci Lanny !

    14 décembre 2018 at 9 h 34 min Répondre
  • Sylvie, enfin moi

    Je trouve cette démarche vraiment parfaite
    Gros bisous

    14 décembre 2018 at 9 h 34 min Répondre
  • Arwen

    quand on arrive à s’y tenir …

    Grosses bises.

    14 décembre 2018 at 9 h 34 min Répondre
  • matchingpoints

    On parle beaucoup de bio et de gaspillage dans la blogosphère ! Cela témoigne d’une sensibilisation, premier pas pour changer un peu nos comportements. Et la mode et le gaspillage, c’est tout un
    chapitre !

    14 décembre 2018 at 9 h 34 min Répondre
  • Arwen

    ah oui???

    14 décembre 2018 at 9 h 34 min Répondre
  • mademoisellemode

    C’est vrai les moindres gestes compte et les gens ont tendance à l’oublier..

    Kisses
    http://www.mademoisellemode.com/

    14 décembre 2018 at 9 h 34 min Répondre
  • Arwen

    14 décembre 2018 at 9 h 34 min Répondre
  • Lady parisienne

    je trouve la mode bio souvent chère mais pour les basiques c’est un bon deal 🙂

    14 décembre 2018 at 9 h 34 min Répondre
  • Arwen

    Et oui, c’est cher, lorsque la main-d’oeuvre n’est pas réduit au rang d’esclave, de suite les coûts augmentent, mais on peut procéder autrement en recyclant, en achetant d’occasion, etc….

    14 décembre 2018 at 9 h 34 min Répondre
  • Armelle

    Il m’arrive d’acheter des pièces estampillées « coton bio » et où c’est vrai je me sens bien à moins que cela de tienne de « Coué »… Sinon, j’évite le gaspillage et je préfère n’acheter que ce qui me
    va et que je pourrai décliner de mille façon. Pour ce qui ne va plus, je fais des sachets que je mets dans un contenair à cet effet. Tu as raison. Nous sommes tous un peu responsable et un petit
    geste par tous est peut être un début… un tout petit début !

    14 décembre 2018 at 9 h 34 min Répondre
  • Arwen

    je crois aux gouttes d’eau pour faire de grandes rivières….

    14 décembre 2018 at 9 h 34 min Répondre
  • the clothes paper

    Je ne suis pas du tout un exemple à suivre en la matière :/ Mais c’est vrai que par contre j’essaye de plus en plus d’acheter de belles pi-ces qui dureront plutôt que des vêtements « jetables » après
    trois lavages :/

    14 décembre 2018 at 9 h 34 min Répondre
  • Arwen

    voilà déjà une bonne étape de passer ….

    14 décembre 2018 at 9 h 34 min Répondre
  • Laurence (Lolotte)

    Ton article est très intéressant. Moi non plus je ne suis pas parfaite (loin de là) mais il est bon de répéter les petits gestes et comportements qui finiront peut être pas nous faire changer …
    en bien !

    14 décembre 2018 at 9 h 34 min Répondre
  • Arwen

    je me les répète aussi…..D’ailleurs, je vais essayer de trouver ma parka en occasion, voilà!

    14 décembre 2018 at 9 h 34 min Répondre
  • Polina

    Quand de nombreuses personnes reprochent au bio son coût, il faudrait plutôt voir cette marge comme un investissement pour l’avenir. Ca vaut autant pour les aliments que pour le maquillage : avec
    quelle peau/santé croient-ils se retrouver dans 10 ans en achetant des produits discount ?

    14 décembre 2018 at 9 h 34 min Répondre
  • Arwen

    je pense que la santé ou la planète mérite quelques sacrifices….

    14 décembre 2018 at 9 h 34 min Répondre
  • sysyinthecity

    On essaie de faire de plus en plus attention, côté alimentation, ce qu’on utilise, mais comme tu le dis, tout cela a un coût !

    14 décembre 2018 at 9 h 34 min Répondre
  • Arwen

    j’ai constaté, qu’au fur et à mesure du temps qui passe, je me suis beaucoup améliorée déjà dans ce domaine…

    14 décembre 2018 at 9 h 34 min Répondre
  • lalydo

    J’essaie de faire bien… mais j’avoue être loin de la perfection de ce côté.

    14 décembre 2018 at 9 h 34 min Répondre
  • Arwen

    Nous le sommes toutes, je crois….

    14 décembre 2018 at 9 h 34 min Répondre
  • Emilie

    J’essaie de manger bio, mais pour les fringues je ne fais pas gaffe du tout…

    14 décembre 2018 at 9 h 34 min Répondre
  • Arwen

    Peut-être vas-tu y réfléchir maintenant….

    14 décembre 2018 at 9 h 34 min Répondre
  • melolimparfaite

    le problème c’est qu’à la base tout est sensé être « bio » (à mon sens « naturel ») et que nous avons « dénaturalisé » les choses et maintenant il faut payer pour avoir le truc tel qu’il devrait être…
    mais avec toutes les choses que l’on fait à côté qui sont super anti-bios je n’arrive pas vraiment à voir si c’est utile de consommer bio. Nous on fait très attention sur l’alimentation et en ce
    qui concerne la mode on évite certain « made in »

    14 décembre 2018 at 9 h 34 min Répondre
  • Arwen

    j’ai vu un doc un jour à ce propos, si j’arrivais à me souvenir du titre, je te l’aurais conseillé car il montrait vraiment que malgré tout, oui, c’est utile! Chaque parcelle de terrain gagnée à
    la cause du bio est une victoire contre la culture intensive et un petit pas pour la planète !

    14 décembre 2018 at 9 h 34 min Répondre
  • arlette

    je suis loin d’être parfaite dans ce domaine …comment ça les clopes bio n’existent pas!! mais si j’ai le choix , je choisi le bio et du non traité surtout pour les tee shirt ou autres des enfants
    d’abord ..(en vêtement )

    14 décembre 2018 at 9 h 34 min Répondre
  • Arwen

    14 décembre 2018 at 9 h 34 min Répondre
  • Djahann

    Mais par contre pour l’alimentation et l’indispensable, je suis prête à mettre un peu plus cher pour avoir des légumes de saison et français plutôt que payer le voyage des légumes qui viennent du
    bout du monde. C’est mas petite contribution ! Et puis en vrai, je consomme plutôt peu car je fais la chasse au gaspi et je recycle (en achetant de l’occasion aussi).

    14 décembre 2018 at 9 h 34 min Répondre
  • Arwen

    alors, là, bravo

    14 décembre 2018 at 9 h 34 min Répondre
  • Djahann

    Euh….sans entrer dans les détails, ce n’est pas toujours possible ! quand j’ai 50 euros, je préfère m’acheter le plus de pièces possible pour ce prix, plutôt qu’une seule pièce à 50 euros. Parce
    que j’ai forcément besoin de plusieurs choses

    14 décembre 2018 at 9 h 34 min Répondre
  • Arwen

    ok

    14 décembre 2018 at 9 h 34 min Répondre
  • thierrys76

    Hello, chez nous ont essaye au maxi d’être bio ou toujours proche du bio que soit dans l’alimentaire ou autre mais il faut avouer que ce n’est pas toujours très évident, allez bises et bon mardi.

    14 décembre 2018 at 9 h 34 min Répondre
  • Arwen

    c’est très bien !

    14 décembre 2018 at 9 h 34 min Répondre
  • Cricri.s

    Comme tu dis, c’est un long travail. Pour les fringues, j’essaye d’acheter raisonné comme par exemple en achetant « belge » (essentiellement fabriqué ici : http://www.hemera.be/#
    Mais quand on veut un jeans et un tshirt, on échappe difficilement aux grandes marques qui produisent dans les pays émergents. Mais comme tu dis : réfléchir avant d’acheter, donner-vendre,
    customiser l’année suivante, transformer.
    Pour la bouf, privilégier les circuits courts (pour les carottes c’est ok mais pour les bananes c’est plus difficiles). Entre le fair-trade et le bio, le prix n’est pas top.
    Pas facile tout ça !

    14 décembre 2018 at 9 h 34 min Répondre
  • Arwen

    j’ai pas dit que c’était facile mais si l’on réfléchit à ses actes et ses achats et qu’on les modifie petit à petit, on peut y arriver!

    14 décembre 2018 at 9 h 34 min Répondre
  • referencement

    waouh, trop mignon!! j’apprécie ce blogue

    14 décembre 2018 at 9 h 34 min Répondre
  • Nikit@

    Le bio côté alimentation et cosmétiques, mais pas encore côté fringues … Il faut commencer pas ne plus surconsommer et ça, c’est pas gagné !!!

    14 décembre 2018 at 9 h 34 min Répondre
  • Arwen

    je te l’accorde…

    14 décembre 2018 at 9 h 34 min Répondre
  • christine

    C’est un beau sujet de dissertation philosophique. Pour le bien être de la planète, il faut moins consommer et pour le bien être de notre économie, il faut plus consommer…
    Et pour répondre à Corinne (commentaire N°1) Sur mes vêtements éthique et solidaire, je baisse mes marges mais cela reste très cher car c’est du très cher de base; production local et donc main
    d’œuvre plus cher.
    Déjà, si on avait une super traçabilité, les produits interdits plus du tout utilisé, cela irait mieux.

    14 décembre 2018 at 9 h 34 min Répondre
  • Arwen

    effectivement dit comme ça….

    Je le sais Christine, surtout que je venais de l’expliquer dans l’article …

    14 décembre 2018 at 9 h 34 min Répondre
  • voyelle

    moi, je pense BIO en général quitte à revenir en arrière pour un bien être naturel ! 😉

    14 décembre 2018 at 9 h 34 min Répondre
  • Arwen

    et tu as raison!

    14 décembre 2018 at 9 h 34 min Répondre
  • Koalisa

    Il faut être d’autant plus vigilant que les marques surfent à présent sur la mode du bio et nous font croire parfois qu’elles oeuvrent pour sauver la planète… Ca s’appelle le greenwashing ! Merci
    pour cet excellent billet, bises !

    14 décembre 2018 at 9 h 34 min Répondre
  • Arwen

    merci à toi ! Toujours être aux aguets …

    Bises.

    14 décembre 2018 at 9 h 34 min Répondre
  • Angelina Sakura

    Félicitations pour cet article très intéressant Arwen, tu as raison d’attirer l’attention sur ce sujet si important. Je recycle et j’achète mes vêtements d’occasion la plupart du temps, quand je
    peux en coton biologique, ou fabriqués en France.

    14 décembre 2018 at 9 h 34 min Répondre
  • Arwen

    alors, tu as tout compris !

    14 décembre 2018 at 9 h 34 min Répondre
  • Djahann

    Ce n’est pas évident ! Petit à petit, je change mes habitudes de consommations, je consomme « réfléchi », mais avec des faibles moyens, ce n’est pas évident.
    j’achète très peu de vêtements, donc quand je le fais, je ne réfléchis pas à ça, je prends ce qui me convient, avec le petit budget que je peux y mettre.
    Mais bien sûr, sur le principe, je suis à fond pour le bio (à condition que c’en soit vraiment…hem hem !)

    14 décembre 2018 at 9 h 34 min Répondre
  • Arwen

    et si chaque fois que tu as besoin de vêtement, tu mettais un peu de côté pour t’offrir un truc mieux ?

    14 décembre 2018 at 9 h 34 min Répondre
  • lizagrèce

    Déjà ce que je trouve triste c’est que le « bio » soit une mode au lieu d’une manière de vivre et surtout de consommer. Ensuite ce qui m’insupporte c’est ce terme de « bio » que l’on met à toutes les
    sauces pour avoir l’air « écolo » – autre terme mis dans le même ragoût.
    Bio vient du mot grec biologique qui signifie « venir de la nature. « 
    Tes définitions sont parfaitement exactes et effectivement commençons par consommer autrement et déjà ça ira mieux, sans nous gargariser d’adjectifs inadéquats. Quant à l’agriculture « bio » à moins
    d’avoir un potager sur la lune, cela me paraît irréalisable. Revenir à une agriculture raisonnée sans employer n’importe quel pesticide déjà serait un progrès à la portée de tous et cela
    permettrait aussi de ne pas entretenir ce clivage social avec ceux qui peuvent se permettre d’acheter dans les épiceries « bio » et ceux qui sont condamnés, faute de moyens, à acheter leur nourriture
    dans les supermarchés.

    14 décembre 2018 at 9 h 34 min Répondre
  • Arwen

    Je ne crois pas que ce soit si à la mode que ça…Tu peux avoir 2 terrains séparés par un seul chemin, l’un sera traité en bio et l’autre non et il y aura une réelle différence car l’un aura un
    sol mort sans vers de terre et sans vie et l’autre si ! C’est un faux problème de penser que l’on ne peut pas faire machine arrière.

    Quant au rpix de la nourriture, c’est aussi un faux problème : l’aide ménagère de ma mère avait peu de revenus et se souciait fort peu de bio mais par contre, elle achetait les cagettes de viande
    chez Carnivore (alors que nous en mangions peu), l’alcool par litre et je ne te cause pas des sodas, le tout chez LIDL (alors que tout cela rentre très peu chez moi) : je pense que comme pour le
    vêtement, il faut peut-être privilégier la qualité à la quantité et surtout faire des choix !

    14 décembre 2018 at 9 h 34 min Répondre
  • Le Journal de Chrys

    Tout ça pour dire que effectivement ces coussins MADE IN CHINA étaient vraiment nocifs quant aux cigarettes électroniques, on peut aussi se demander ce qu’il y a dedans…. Bon là, je n’irais pas
    jusqu’à conseiller qu’il faut fumer BIO, héhé!!!!!!!!

    14 décembre 2018 at 9 h 34 min Répondre
  • Arwen

    14 décembre 2018 at 9 h 34 min Répondre
  • Le Journal de Chrys

    Mes parents avaient acheté des coussins de chaise à petit prix. Lorsque ma fille est allée en vacances chez eux, elle a commencé à avoir des crises d’asthme. Il a fallu deux jours pour trouver les
    responsables. Ben oui, comment imaginer que les coussins posés sur les chaises de la cuisine provoquent des crises d’asthme? Dès qu’ils ont été relégués au garage, les crises se sont arrêtées.

    De la même façon, ma fille est allergique aux émanations de certaines cigarettes électroniques. Se trouver dans la même pièce qu’un vapoteur et hop: crise d’asthme!!!!

    14 décembre 2018 at 9 h 34 min Répondre
  • Arwen

    ah oui, comme quoi ces cigarettes ne sont pas aussi innocentes qu’elles en ont l’air…

    14 décembre 2018 at 9 h 34 min Répondre
  • Isa

    Tout à fait d’accord avec ce que tu écris mais difficile de mettre en pratique … Réguliérement , j’essaye de consommer ma conso mais les pubs et diverses sollicitations font que je finis toujours
    pas craquer pour quelque chose que j’ai déjà dans mon dressing mais dont j’ai quand même envie …

    14 décembre 2018 at 9 h 34 min Répondre
  • Arwen

    c’est sûr, c’est pas facile et ça demande d’y penser constamment mais Rome ne s’est pas faite en un jour ! On peut
    changer petit à petit….

    14 décembre 2018 at 9 h 34 min Répondre
  • corinne

    Je mange Bio le plus souvent possible, je trie mes déchets, mais pour les vetements je ne suis pas au top ! C’est ma fille qui m’a fait découvrir Ekyog , ils ont de tres belles pièces , mais je
    n’ai pas franchi le pas et j’avoue humblement que je ne pense pas à la planète en achetant des vêtements. Ton article nous donne à réfléchir. Mais pourquoi la mode Bio est elle si chère ? Pour
    préserver la planète et permettre à tous de vivre dans un univers sain les boutiques devraient peut être aussi faire un effort et baisser leurs marges de façon à permettre à tout un chacun de
    s’habiller. C’était ma réflexion philosophique du jour !!!

    14 décembre 2018 at 9 h 34 min Répondre
  • Arwen

    J’ai encore beaucoup d’effort à faire aussi…..Pourquoi c’est si cher? La qualité d’une part (matières naturelles et bio) mais aussi, le fait que la production est locale et garantit donc une
    éthique dans le travail, fait augmenter les coûts et donc le prix au consommateur !

    14 décembre 2018 at 9 h 34 min Répondre
  • corinne

    Je mange Bio le plus souvent possible, je trie mes déchets, mais pour les vetements je ne suis pas au top ! C’est ma fille qui m’a fait découvrir Ekyog , ils ont de tres belles pièces , mais je
    n’ai pas franchi le pas et j’avoue humblement que je ne pense pas à la planète en achetant des vêtements. Ton article nous donne à réfléchir. Mais pourquoi la mode Bio est elle si chère ? Pour
    préserver la planète et permettre à tous de vivre dans un univers sain les boutiques devraient peut être aussi faire un effort et baisser leurs marges de façon à permettre à tout un chacun de
    s’habiller. C’était ma réflexion philosophique du jour !!!

    29 octobre 2013 at 6 h 57 min Répondre
    • Arwen

      J’ai encore beaucoup d’effort à faire aussi…..Pourquoi c’est si cher? La qualité d’une part (matières naturelles et bio) mais aussi, le fait que la production est locale et garantit donc une
      éthique dans le travail, fait augmenter les coûts et donc le prix au consommateur !

      29 octobre 2013 at 18 h 02 min Répondre
  • Isa

    Tout à fait d’accord avec ce que tu écris mais difficile de mettre en pratique … Réguliérement , j’essaye de consommer ma conso mais les pubs et diverses sollicitations font que je finis toujours
    pas craquer pour quelque chose que j’ai déjà dans mon dressing mais dont j’ai quand même envie …

    29 octobre 2013 at 7 h 09 min Répondre
    • Arwen

      c’est sûr, c’est pas facile et ça demande d’y penser constamment mais Rome ne s’est pas faite en un jour ! On peut
      changer petit à petit….

      29 octobre 2013 at 18 h 06 min Répondre
  • Le Journal de Chrys

    Mes parents avaient acheté des coussins de chaise à petit prix. Lorsque ma fille est allée en vacances chez eux, elle a commencé à avoir des crises d’asthme. Il a fallu deux jours pour trouver les
    responsables. Ben oui, comment imaginer que les coussins posés sur les chaises de la cuisine provoquent des crises d’asthme? Dès qu’ils ont été relégués au garage, les crises se sont arrêtées.

    De la même façon, ma fille est allergique aux émanations de certaines cigarettes électroniques. Se trouver dans la même pièce qu’un vapoteur et hop: crise d’asthme!!!!

    29 octobre 2013 at 7 h 25 min Répondre
    • Arwen

      ah oui, comme quoi ces cigarettes ne sont pas aussi innocentes qu’elles en ont l’air…

      29 octobre 2013 at 18 h 09 min Répondre
  • Le Journal de Chrys

    Tout ça pour dire que effectivement ces coussins MADE IN CHINA étaient vraiment nocifs quant aux cigarettes électroniques, on peut aussi se demander ce qu’il y a dedans…. Bon là, je n’irais pas
    jusqu’à conseiller qu’il faut fumer BIO, héhé!!!!!!!!

    29 octobre 2013 at 7 h 28 min Répondre
    • Arwen

      29 octobre 2013 at 18 h 10 min Répondre
  • lizagrèce

    Déjà ce que je trouve triste c’est que le « bio » soit une mode au lieu d’une manière de vivre et surtout de consommer. Ensuite ce qui m’insupporte c’est ce terme de « bio » que l’on met à toutes les
    sauces pour avoir l’air « écolo » – autre terme mis dans le même ragoût.
    Bio vient du mot grec biologique qui signifie « venir de la nature. « 
    Tes définitions sont parfaitement exactes et effectivement commençons par consommer autrement et déjà ça ira mieux, sans nous gargariser d’adjectifs inadéquats. Quant à l’agriculture « bio » à moins
    d’avoir un potager sur la lune, cela me paraît irréalisable. Revenir à une agriculture raisonnée sans employer n’importe quel pesticide déjà serait un progrès à la portée de tous et cela
    permettrait aussi de ne pas entretenir ce clivage social avec ceux qui peuvent se permettre d’acheter dans les épiceries « bio » et ceux qui sont condamnés, faute de moyens, à acheter leur nourriture
    dans les supermarchés.

    29 octobre 2013 at 7 h 28 min Répondre
    • Arwen

      Je ne crois pas que ce soit si à la mode que ça…Tu peux avoir 2 terrains séparés par un seul chemin, l’un sera traité en bio et l’autre non et il y aura une réelle différence car l’un aura un
      sol mort sans vers de terre et sans vie et l’autre si ! C’est un faux problème de penser que l’on ne peut pas faire machine arrière.

      Quant au rpix de la nourriture, c’est aussi un faux problème : l’aide ménagère de ma mère avait peu de revenus et se souciait fort peu de bio mais par contre, elle achetait les cagettes de viande
      chez Carnivore (alors que nous en mangions peu), l’alcool par litre et je ne te cause pas des sodas, le tout chez LIDL (alors que tout cela rentre très peu chez moi) : je pense que comme pour le
      vêtement, il faut peut-être privilégier la qualité à la quantité et surtout faire des choix !

      29 octobre 2013 at 18 h 30 min Répondre
  • Djahann

    Ce n’est pas évident ! Petit à petit, je change mes habitudes de consommations, je consomme « réfléchi », mais avec des faibles moyens, ce n’est pas évident.
    j’achète très peu de vêtements, donc quand je le fais, je ne réfléchis pas à ça, je prends ce qui me convient, avec le petit budget que je peux y mettre.
    Mais bien sûr, sur le principe, je suis à fond pour le bio (à condition que c’en soit vraiment…hem hem !)

    29 octobre 2013 at 7 h 40 min Répondre
    • Arwen

      et si chaque fois que tu as besoin de vêtement, tu mettais un peu de côté pour t’offrir un truc mieux ?

      29 octobre 2013 at 18 h 36 min Répondre
  • Angelina Sakura

    Félicitations pour cet article très intéressant Arwen, tu as raison d’attirer l’attention sur ce sujet si important. Je recycle et j’achète mes vêtements d’occasion la plupart du temps, quand je
    peux en coton biologique, ou fabriqués en France.

    29 octobre 2013 at 8 h 35 min Répondre
    • Arwen

      alors, tu as tout compris !

      29 octobre 2013 at 18 h 37 min Répondre
  • Koalisa

    Il faut être d’autant plus vigilant que les marques surfent à présent sur la mode du bio et nous font croire parfois qu’elles oeuvrent pour sauver la planète… Ca s’appelle le greenwashing ! Merci
    pour cet excellent billet, bises !

    29 octobre 2013 at 9 h 52 min Répondre
    • Arwen

      merci à toi ! Toujours être aux aguets …

      Bises.

      29 octobre 2013 at 18 h 48 min Répondre
  • voyelle

    moi, je pense BIO en général quitte à revenir en arrière pour un bien être naturel ! 😉

    29 octobre 2013 at 11 h 04 min Répondre
    • Arwen

      et tu as raison!

      29 octobre 2013 at 18 h 49 min Répondre
  • referencement

    waouh, trop mignon!! j’apprécie ce blogue

    29 octobre 2013 at 14 h 05 min Répondre
  • christine

    C’est un beau sujet de dissertation philosophique. Pour le bien être de la planète, il faut moins consommer et pour le bien être de notre économie, il faut plus consommer…
    Et pour répondre à Corinne (commentaire N°1) Sur mes vêtements éthique et solidaire, je baisse mes marges mais cela reste très cher car c’est du très cher de base; production local et donc main
    d’œuvre plus cher.
    Déjà, si on avait une super traçabilité, les produits interdits plus du tout utilisé, cela irait mieux.

    29 octobre 2013 at 13 h 12 min Répondre
    • Arwen

      effectivement dit comme ça….

      Je le sais Christine, surtout que je venais de l’expliquer dans l’article …

      29 octobre 2013 at 18 h 52 min Répondre
  • Nikit@

    Le bio côté alimentation et cosmétiques, mais pas encore côté fringues … Il faut commencer pas ne plus surconsommer et ça, c’est pas gagné !!!

    29 octobre 2013 at 14 h 00 min Répondre
    • Arwen

      je te l’accorde…

      29 octobre 2013 at 18 h 55 min Répondre
  • Cricri.s

    Comme tu dis, c’est un long travail. Pour les fringues, j’essaye d’acheter raisonné comme par exemple en achetant « belge » (essentiellement fabriqué ici : http://www.hemera.be/#
    Mais quand on veut un jeans et un tshirt, on échappe difficilement aux grandes marques qui produisent dans les pays émergents. Mais comme tu dis : réfléchir avant d’acheter, donner-vendre,
    customiser l’année suivante, transformer.
    Pour la bouf, privilégier les circuits courts (pour les carottes c’est ok mais pour les bananes c’est plus difficiles). Entre le fair-trade et le bio, le prix n’est pas top.
    Pas facile tout ça !

    29 octobre 2013 at 16 h 10 min Répondre
    • Arwen

      j’ai pas dit que c’était facile mais si l’on réfléchit à ses actes et ses achats et qu’on les modifie petit à petit, on peut y arriver!

      29 octobre 2013 at 18 h 58 min Répondre
  • thierrys76

    Hello, chez nous ont essaye au maxi d’être bio ou toujours proche du bio que soit dans l’alimentaire ou autre mais il faut avouer que ce n’est pas toujours très évident, allez bises et bon mardi.

    29 octobre 2013 at 18 h 04 min Répondre
    • Arwen

      c’est très bien !

      29 octobre 2013 at 19 h 53 min Répondre
  • Djahann

    Euh….sans entrer dans les détails, ce n’est pas toujours possible ! quand j’ai 50 euros, je préfère m’acheter le plus de pièces possible pour ce prix, plutôt qu’une seule pièce à 50 euros. Parce
    que j’ai forcément besoin de plusieurs choses

    29 octobre 2013 at 19 h 06 min Répondre
    • Arwen

      ok

      29 octobre 2013 at 19 h 54 min Répondre
  • Djahann

    Mais par contre pour l’alimentation et l’indispensable, je suis prête à mettre un peu plus cher pour avoir des légumes de saison et français plutôt que payer le voyage des légumes qui viennent du
    bout du monde. C’est mas petite contribution ! Et puis en vrai, je consomme plutôt peu car je fais la chasse au gaspi et je recycle (en achetant de l’occasion aussi).

    29 octobre 2013 at 19 h 08 min Répondre
    • Arwen

      alors, là, bravo

      29 octobre 2013 at 19 h 54 min Répondre
  • arlette

    je suis loin d’être parfaite dans ce domaine …comment ça les clopes bio n’existent pas!! mais si j’ai le choix , je choisi le bio et du non traité surtout pour les tee shirt ou autres des enfants
    d’abord ..(en vêtement )

    29 octobre 2013 at 19 h 17 min Répondre
    • Arwen

      29 octobre 2013 at 19 h 56 min Répondre
  • melolimparfaite

    le problème c’est qu’à la base tout est sensé être « bio » (à mon sens « naturel ») et que nous avons « dénaturalisé » les choses et maintenant il faut payer pour avoir le truc tel qu’il devrait être…
    mais avec toutes les choses que l’on fait à côté qui sont super anti-bios je n’arrive pas vraiment à voir si c’est utile de consommer bio. Nous on fait très attention sur l’alimentation et en ce
    qui concerne la mode on évite certain « made in »

    29 octobre 2013 at 20 h 04 min Répondre
    • Arwen

      j’ai vu un doc un jour à ce propos, si j’arrivais à me souvenir du titre, je te l’aurais conseillé car il montrait vraiment que malgré tout, oui, c’est utile! Chaque parcelle de terrain gagnée à
      la cause du bio est une victoire contre la culture intensive et un petit pas pour la planète !

      29 octobre 2013 at 20 h 59 min Répondre
  • Emilie

    J’essaie de manger bio, mais pour les fringues je ne fais pas gaffe du tout…

    29 octobre 2013 at 20 h 24 min Répondre
    • Arwen

      Peut-être vas-tu y réfléchir maintenant….

      29 octobre 2013 at 20 h 45 min Répondre
  • lalydo

    J’essaie de faire bien… mais j’avoue être loin de la perfection de ce côté.

    29 octobre 2013 at 21 h 58 min Répondre
    • Arwen

      Nous le sommes toutes, je crois….

      29 octobre 2013 at 22 h 00 min Répondre
  • sysyinthecity

    On essaie de faire de plus en plus attention, côté alimentation, ce qu’on utilise, mais comme tu le dis, tout cela a un coût !

    30 octobre 2013 at 8 h 49 min Répondre
    • Arwen

      j’ai constaté, qu’au fur et à mesure du temps qui passe, je me suis beaucoup améliorée déjà dans ce domaine…

      30 octobre 2013 at 9 h 22 min Répondre
  • Polina

    Quand de nombreuses personnes reprochent au bio son coût, il faudrait plutôt voir cette marge comme un investissement pour l’avenir. Ca vaut autant pour les aliments que pour le maquillage : avec
    quelle peau/santé croient-ils se retrouver dans 10 ans en achetant des produits discount ?

    30 octobre 2013 at 10 h 23 min Répondre
    • Arwen

      je pense que la santé ou la planète mérite quelques sacrifices….

      30 octobre 2013 at 12 h 37 min Répondre
  • Armelle

    Il m’arrive d’acheter des pièces estampillées « coton bio » et où c’est vrai je me sens bien à moins que cela de tienne de « Coué »… Sinon, j’évite le gaspillage et je préfère n’acheter que ce qui me
    va et que je pourrai décliner de mille façon. Pour ce qui ne va plus, je fais des sachets que je mets dans un contenair à cet effet. Tu as raison. Nous sommes tous un peu responsable et un petit
    geste par tous est peut être un début… un tout petit début !

    30 octobre 2013 at 11 h 23 min Répondre
    • Arwen

      je crois aux gouttes d’eau pour faire de grandes rivières….

      30 octobre 2013 at 12 h 50 min Répondre
  • Laurence (Lolotte)

    Ton article est très intéressant. Moi non plus je ne suis pas parfaite (loin de là) mais il est bon de répéter les petits gestes et comportements qui finiront peut être pas nous faire changer …
    en bien !

    30 octobre 2013 at 10 h 24 min Répondre
    • Arwen

      je me les répète aussi…..D’ailleurs, je vais essayer de trouver ma parka en occasion, voilà!

      30 octobre 2013 at 12 h 45 min Répondre
  • the clothes paper

    Je ne suis pas du tout un exemple à suivre en la matière :/ Mais c’est vrai que par contre j’essaye de plus en plus d’acheter de belles pi-ces qui dureront plutôt que des vêtements « jetables » après
    trois lavages :/

    30 octobre 2013 at 11 h 19 min Répondre
    • Arwen

      voilà déjà une bonne étape de passer ….

      30 octobre 2013 at 12 h 47 min Répondre
  • Lady parisienne

    je trouve la mode bio souvent chère mais pour les basiques c’est un bon deal 🙂

    30 octobre 2013 at 14 h 49 min Répondre
    • Arwen

      Et oui, c’est cher, lorsque la main-d’oeuvre n’est pas réduit au rang d’esclave, de suite les coûts augmentent, mais on peut procéder autrement en recyclant, en achetant d’occasion, etc….

      30 octobre 2013 at 15 h 10 min Répondre
  • mademoisellemode

    C’est vrai les moindres gestes compte et les gens ont tendance à l’oublier..

    Kisses
    http://www.mademoisellemode.com/

    30 octobre 2013 at 20 h 07 min Répondre
    • Arwen

      30 octobre 2013 at 21 h 16 min Répondre
  • matchingpoints

    On parle beaucoup de bio et de gaspillage dans la blogosphère ! Cela témoigne d’une sensibilisation, premier pas pour changer un peu nos comportements. Et la mode et le gaspillage, c’est tout un
    chapitre !

    30 octobre 2013 at 21 h 20 min Répondre
    • Arwen

      ah oui???

      30 octobre 2013 at 21 h 35 min Répondre
  • Lanny

    C’est un beau sujet,v raiment sympa ton blog!bisous

    30 octobre 2013 at 22 h 29 min Répondre
    • Arwen

      merci Lanny !

      31 octobre 2013 at 8 h 49 min Répondre
  • Sylvie, enfin moi

    Je trouve cette démarche vraiment parfaite
    Gros bisous

    30 octobre 2013 at 22 h 13 min Répondre
    • Arwen

      quand on arrive à s’y tenir …

      Grosses bises.

      31 octobre 2013 at 8 h 41 min Répondre
  • l'angevine

    j’ai lu dans un article du journal quotidien qu’il y a aussi des tissus bio….

    31 octobre 2013 at 7 h 55 min Répondre
    • Arwen

      bien sûr, à partir du moment où la matière première est bio comme le coton par exemple…

      31 octobre 2013 at 8 h 59 min Répondre
  • Caro*

    Je n’ai personnellement jamais acheté de vêtements bio par contre malgré le fait que j’achète beaucoup de vêtements, je me rends compte que je ne sais rien jeter ! Je suis une sentimentale de la
    fringue et il n’est pas rare de trouver dans mes placards des vêtements que je portais quand j’avais 12 ans ! (On ne sait jamais !) 🙂

    31 octobre 2013 at 11 h 00 min Répondre
    • Arwen

      une conservatrice ? J’ai tendance à l’être aussi mais je me soigne ….Est-ce que tu portes les vieux vêtements ou
      sont-ils juste oubliés au fond de ton placard?

      31 octobre 2013 at 11 h 09 min Répondre
  • peintrefiguratif

    j’essaye d’acheter le plus possible Français
    mais pas toujours facile car on est envahi par les produits chinois

    1 novembre 2013 at 8 h 08 min Répondre
    • Arwen

      c’est une bonne démarche!

      1 novembre 2013 at 8 h 30 min Répondre
  • chocoladdict

    je ne suis pas parfaite en la matière mais je ne suis pas une sur-consommatrice …après en toute honnêteté je ne sais pas si c’est ainsi parce que je n’ai plus ou peu de budget pour moi une fois
    que j’ai habillé les enfants et rempli le caddy, payé le loyer (les 3 postes de dépense ici qui sont incompressibles) ou si c’est un véritable choix…après pas de voiture donc de pollution de ce
    côté là, j’achète le plus possible local pour les fruits, les légumes, le fromage…pour les vêtements j’avoue que c’est plus souvent made in china parce que c’est imbattable rapport qualité prix
    pour les enfants mais au delà des questions de planète quand on connait les conditions de travail des ouvriers dans le textile en Chine c’est sûr qu’il faudrait pouvoir acheter à des marques qui
    respectent l’humain (je crois que c’est vrai aussi pour les iphone et sûrement plein d’autres choses)…globalement je crois qu’on peut essayer de consommer moins mais mieux ..

    1 novembre 2013 at 12 h 09 min Répondre
    • Arwen

      tant mieux !

      1 novembre 2013 at 12 h 20 min Répondre
  • Poupette

    Coucou toi!
    Un petit message pour te prévenir que j’ai partagé cet article juste ici:
    http://sirop.olympe.in/2013/11/03/les-partages-du-dimanche-2-2/

    Paix, amour et Nutella sur tes cuisses 😀

    3 novembre 2013 at 11 h 16 min Répondre
    • Arwen

      j’ai vu ça…C’est sympa, merci  !

      3 novembre 2013 at 11 h 34 min Répondre
  • Une Nordiste à Paris

    Je n’avais pas du tout cet état d’esprit il y a quelques années. Et là je m’y mets. Je produis mon propre shampoing (et j’aspire à faire mes crêmes, mes savons…). Et niveau vêtements, je découvre
    les matière ‘nobles’. Surtout que ces matières ont quand même l’avantage de tenir plus chaud l’hiver ou de mieux réguler la chaleur. Fini les frissons et la transpiration!

    4 novembre 2013 at 20 h 00 min Répondre
    • Arwen

      je m’y mets sur le tard aussi….

      4 novembre 2013 at 20 h 10 min Répondre

Laissez un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.