to top

L’automne…

Certaines d’entre vous n’aiment pas l’automne et je peux le comprendre, car c’est la saison des températures en baisse, des journées qui raccourcissent, des arbres qui perdent leurs feuilles….

Même si l’automne ne me l’a pas toujours rendu, moi je l’aime. Je l’aime pour le retour du cocooning, je l’aime pour les teintes chaudes qui parent la nature, qui, soit dit en passant sont mes couleurs préférées, je l’aime pour tout le folklore qui l’accompagne, comme la cueillette des champignons (même si je n’en ramasse pas, vu que je n’y connais absolument rien : trop peur de m’empoisonner! En revanche, j’en mange avec plaisir ^^) ou le ramassage des pommes de pin que je customise à la bombe dorée. Je l’aime aussi pour le retour du potiron dans la cuisine.

Bref, je l’aime!

 

l-automne

Feuilles d’automne…via Shutterstock

Suite à ma dernière marche, j’ai ramené des photos de mon coin, mais pas n’importe quelles photos, puisque je me suis concentrée sur tous les signes de l’automne, dans la nature. Malheureusement, le temps était couvert et le rendu des photos n’était pas très satisfaisant. J’ai donc beaucoup hésité à les publier. Mais bon, je me lance quand même et j’espère que tu apprécieras malgré tout la campagne du Brûlat du Castellet, à l’automne, même si on est bien d’accord, ce n’est pas aussi spectaculaire que l’automne au Canada, par exemple, vu que chez nous, l’automne est surtout visible grâce à la vigne.

Et pour t’imprégner de cet automne qui ne te charme pas toujours, j’ai intercalé des poèmes entre mes photos car rien ne vaut les jolis mots pour parler de l’automne…les jolis mots ainsi que ce très beau (et célèbre) morceau de Vivaldi que je t’invite à écouter tout en regardant les photos.

l-automne

 

l-automne

 

l-automne

l-automne

Les Soleils d’Octobre

Extrait

Aux jours où les feuilles jaunissent,
Aux jours où les soleils finissent,
Hélas ! nous voici revenus ;
Le temps n’est plus, ma-bien-aimée,
Où sur la pelouse embaumée
Tu posais tes pieds blancs et nus.

L’herbe que la pluie a mouillée
Se traîne frileuse et souillée ;
On n’entend plus de joyeux bruits
Sortir des gazons et des mousses ;
Les châtaigniers aux branches rousses
Laissent au vent tomber leurs fruits.

Sur les coteaux aux pentes chauves,
De longs groupes d’arbustes fauves
Dressent leurs rameaux amaigris ;
Dans la forêt qui se dépouille,
Les bois ont des teintes de rouille ;
L’astre est voilé, le ciel est gris.

Cependant, sous les vitres closes,
Triste de la chute des roses,
Il n’est pas temps de s’enfermer ;
Toute fleur n’est pas morte encore ;
Un beau jour, une belle aurore
Au ciel, demain, peut s’allumer.

La terre, ô ma frileuse amie !
Ne s’est point encore endormie
Du morne sommeil de l’hiver…
Vois ! la lumière est revenue :
Le soleil, entr’ouvrant la nue,
Attiédit les moiteurs de l’air.

Sous la lumière molle et sobre
De ces soleils calmes d’octobre,
Par les bois je voudrais errer !
L’automne a de tièdes délices :
Allons sur les derniers calices,
Ensemble, allons les respirer !


Auguste Lacaussade, Poèmes et Paysages

l-automne

l-automne

Voici que la saison décline

Voici que la saison décline,
L’ombre grandit, l’azur décroît,
Le vent fraîchit sur la colline,
L’oiseau frissonne, l’herbe a froid.

Août contre septembre lutte ;
L’océan n’a plus d’alcyon ;
Chaque jour perd une minute,
Chaque aurore pleure un rayon.

La mouche, comme prise au piège,
Est immobile à mon plafond ;
Et comme un blanc flocon de neige,
Petit à petit, l’été fond.

Victor Hugo, Dernière gerbe l-automne

 

l-automne

J’espère que cette promenade visuelle et sonore t’aura peut-êt